BALLANTINE'S

 

 

L’histoire du Scotch whisky Ballantine’s remonte à 1827, lorsque George Ballantine commença à proposer une gamme de Scotch whiskies soigneusement sélectionnés à une clientèle distinguée, dans une épicerie d’Edimbourg.

George Ballantine fut ainsi l’un des premiers à assembler ses whiskies et à les faire vieillir.

Dès 1869, George avait étendu son commerce à Glasgow, en compagnie de ses deux fils. Sous le nom de « George Ballantine & Son », son établissement se mit à exporter des blended whiskies sur le plan international, et devinrent rapidement reconnus comme des blended whiskies moelleux et de grande qualité.

En 1910, Ballantine's Finest fut mis au point et devint le principal produit d’exportation de l’entreprise. Le Ballantine’s 30 ans vit le jour dans les années 1930. La marque jouissait alors d’une croissance importante en terme d’exportation sur les marchés clés internationaux des États-Unis, de l’Europe et de l’Asie.

Sandy Hyslop, 5ème Maître Assembleur depuis la fondation de la Maison Ballantine’s en 1827, est aujourd’hui le gardien de son savoir-faire et perpétue la vision de son fondateur : celle de créer le blend le plus équilibré possible.

 

180 ANS D'HISTOIRE DU SCOTCH WHISKY

 

1827: Ouverture du 1er magasin de George Ballantine

L’histoire du whisky Ballantine’s remonte jusqu’en 1827, lorsque George Ballantine, d’origine modeste, ouvrit à l’âge de 19 ans sa première boutique à Edimbourg et commença à proposer une gamme de Scotch whiskies soigneusement sélectionnés à une clientèle distinguée.

Etant plus jeune, George avait pour habitude d’assembler du thé, ce qui a éveillé son intérêt pour le whisky – il avait déjà un odorat et un palais expérimentés !

Résolument en avance sur son temps, il ne fait pas comme tout le monde. Alors que les Maisons de whisky de l’époque se tournaient vers Waverly Station, George Ballantine décide de suivre ses consommateurs et de s’implanter de l’autre côté d’Edimbourg. De même, alors qu’à l’époque le whisky se boit jeune, George décide de travailler ses mélanges et de créer des blends qu’il fait soigneusement vieillir : George était un pionnier dans l’art de l’assemblage. Au 19e siècle, la plupart des whiskies étaient jeunes et âpres mais George a commencé à obtenir un stock de whiskies qu’il a laissé vieillir pendant quelques années, avant de les assembler pour créer des goûts plus doux et raffinés.

En 1831, George Ballantine ouvre sa deuxième boutique à Edimbourg. Son exigence de qualité et son savoir-faire le mènent à étendre son commerce à Glasgow en 1869, où il ouvre sa troisième boutique. Il décide alors de se concentrer sur la vente en gros de whisky.

Geroge était également un pionnier en matière de publicité. Il était en effet le premier à reconnaitre les bienfaits de la publicité dans les journaux locaux et régionaux, comme le Post Office Directories. Plus tard, quand le train apparut, il utilisa ce moyen non seulement pour promouvoir ses produits, mais également pour étendre sa base de clients. Bien avant tout le monde, il développa sa propre identité visuelle.

 Il est ensuite rejoint par ses deux fils, George Jr. et Archibald, et son établissement désormais nommé « George Ballantine & Sons » commence à exporter dès 1880 ses blends vers l’international. Il avait la réputation de gérer son affaire avec dignité, intégrité et courtoisie.

 

 

Suffisamment doux en bouche pour satisfaire le grand public mais assez sophistiqué pour attirer les connaisseurs, l’assemblage Ballantine’s remporte très vite un large succès.  Le nom « George Ballantine & Son » devient alors synonyme de blended whiskies âgés équilibrés et de grande qualité. 

1895: La récompense suprême

Durant sa visite à Glasgow en 1895, la Reine Victoria décerne personnellement à George Jr. Ballantine un Royal Warrant, soit l’approbation ultime pour la prestigieuse réputation de la compagnie.

George Jr. a réussi à développer une excellente réputation pour la marque, avant de la vendre à Barclay & McKinlay, en 1922.

 

 

 

1910: Apparition de Ballantine’s Finest

Finest est un blend de plus de 40 whiskies écossais sélectionnés par le maître assembleur.

 Avec le développement de Ballantine’s Finest, le succès du blend grandit encore, notamment aux Etats-Unis pendant la prohibition où la marque y est considérée comme le symbole du bon goût et de la sophistication.

Malgré la prohibition, l’offre et la demande ont perduré, et Ballantine’s Finest a vu ses ventes exploser dans les années 1930 et 1940.

Les infrastructures de production se sont considérablement développées en Écosse dans les années 1930, et au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, l’Europe a émergé en tant que marché principal de Ballantine’s Finest.

Ballantine’s Finest est reconnu comme le blend signature de l’entreprise.

Initialement cylindrique, la forme de la bouteille est devenue carrée en 1920 quand la Prohibition a commencé aux Etats-Unis. Les bouteilles carrées étaient plus faciles à dissimuler dans une valise (c’est pour cela que Ballantine’s est parfois connu sous le nom The Briefcase Blend) et comme ça, le whisky a continué à être commercialisé. De plus, cette forme permettait à la marque d’être particulièrement visible dans les établissements et d’émerger face à ses concurrents.

Années 1930: Assemblage de Ballantine’s 17 ans et Ballantine’s 30 ans

En 1935, l’entreprise est rachetée une nouvelle fois par Hiram Walker. Ces derniers ont également  racheté les distilleries Glenburgie, Miltonduff et Dumbarton (distillerie de grain), où Ballantine’s est actuellement assemblé et mis en bouteille.

Ballantine’s 17 & 30 ans d’âge furent assemblés pour la première fois par Jimmy Barclay et le Maître Assembleur George Robertson, en 1937. Ces blended whiskies âgés étaient uniques à l’époque, et en plus de leur âge remarquable, leur douceur et leur élégance les faisaient sortir du lot.

Les premières caisses de Ballantine’s 17 & 30 ans d’âge furent envoyées par bateau aux États-unis où la marque rencontrait déjà un large succès grâce à Ballantine’s Finest.

 

 

 

 

 

 

 

1938 – Le blason

En 1938,  Ballantine’s reçoit son blason d’Armes du Lord Lyon, King of Arms.

Le blason de Ballantine’s est très élaboré et représente un heaume encadré de deux chevaux blancs. Aujourd’hui seulement les entreprises ayant été créées par une licence Royale ou une loi du Parlement, sont autorisées à avoir un heaume sur leur blason. Le cimier montre quatre images représentant la production de whisky : l’eau, l’orge, un alambic et un fût en bois.

Les deux chevaux tiennent des bannières ornées de la croix de Saint Andrew, le drapeau de l’écosse. Et la devise « Amicus Humani Generis » apparaît en bas et signifie « l’ami de tous ». Chaque bouteille de Ballantine’s, encore aujourd’hui, porte ce blason en hommage aux valeurs du fondateur, la qualité et la tradition, et confortant la réputation de Ballantine’s en tant que fournisseur de Scotch whiskies de la plus haute qualité. 

En 1959, Dumbarton Distillery disposait d’un système de surveillance très spécial : la distillerie disposaient de 70 « oies de garde » qui, en voyant un intrus, cacardaient pour le faire fuir et alerter le gardien de la propriété.

Glenburgie est le cœur de Ballantine’s : la distillerie a été complètement rénovée en 2004, mais la première distillerie sur le site a été bâtie en 1810 et était appelée alors Kinflats. Cette dernière aurait été enregistrée en 1820, ce qui signifie qu’elle était probablement l’une des plus vieilles distilleries en Ecosse.

Miltonduff est un autre single malt clé pour le blend Ballantine’s. La distillerie se trouve dans la région de Speyside.

Après la Seconde Guerre Mondiale, la demande augmenta rapidement. Les envois par bateau vers le Japon et l’Asie Pacifique commencèrent dès le début des années 1950.

En 1960, Ballantine’s décide de se concentrer sur l’Europe continentale et s’y implante. C’est probablement la raison pour laquelle Ballantine’s n’est pas très connu au Royaume-Uni.

En 1964, la marque élargie sa gamme avec l’apparition de Ballantine’s 12 ans d’âge.

En 1986, Ballantine’s devient le whisky numéro 1 en Europe et numéro 3 dans la monde. Et deux ans plus tard, en 1988, Allied Domecq décide d’acheter la marque.

C’est en 2005 que Ballantine’s est acquis par Pernod Ricard, et cette même année Sandy Hyslop est nommé 5eme Maître Assembleur. Ballantine’s est avant tout l’histoire d'une passion pour l’assemblage, l’élaboration d’un excellent whisky pour les futures générations et la recherche de l'excellence transmise d'un Maître Assembleur à un autre. Fidèle à la vision de George Ballantine, celle de créer un whisky de la plus haute qualité, Sandy Hyslop, cinquième Maître Assembleur en plus de 180 ans, perpétue la tradition et assure la cohérence dans toute la gamme des whiskies Ballantine’s.

Aujourd’hui : La gamme Ballantine’s dans le monde

Ballantine’s est la gamme de Blends la plus âgée du monde.

De Rio à Madrid, de Moscou à Shanghai, il est possible de trouver le whisky Ballantine’s. L’histoire qui a commencé dans une épicerie d’Edimbourg en 1827 se perpétue aujourd’hui aux 4 coins du monde.

Les chiffres clés

N°1 Scotch Whisky en Europe.

N°3 Scotch Whisky mondial :

Près de 6 millions de caisses vendues chaque année.

2 bouteilles de Ballantine’s vendues chaque seconde.

Ballantine’s occupe la 1ère place mondiale dans la gamme des blend whiskies Super Premium.

La gamme de whiskies Ballantine’s est la gamme la plus complète au monde de blend whiskies premium âgés.

Ballantine’s a gagné plus de prix que n’importe quel autre whisky écossais – sa réussite constante est la preuve de sa qualité.

Ballantine’s a gagné très régulièrement des prix dans les compétitions, et apparaît chaque année depuis 1990 dans le listing de IWSC (Internation Wine & Spirits Comepition).

 

 

 

 

LES 3 INGREDIENTS CLES

EAU DE SOURCE

CEREALES

LEVURES

LA DEFINITION LEGALE

Production, vieillissement et mise en bouteille sur le territoire écossais à partir de céréales, d’eau de source et de levure

Vieillissement en fûts de chêne de moins de 700 litres pendant au moins 3 ans.

 

Le taux alcoolémique volumique titre à 40% vol minimum au moment de la mise en bouteille.

LA MALTAGE

Le maltage se décompose en 3 étapes :

• LE TREMPAGE : L’orge est trempée dans de l’eau afin de porter son taux d’humidité de 15% à plus de 40%

• LA GERMINATION : L’orge humide est répandue sur des aires de maltage. Durant cette opération, une succession de réactions naturelles se font, transformant l’amidon contenu dans l’orge en une sorte de farine souple dont les sucres sont extraits au moment du brassage.

• LE SECHAGE : L'arrêt de la germination est provoqué par le séchage des graines au-dessus d'un four, parfois alimenté par de la tourbe, qui donne à certains whiskies leurs goûts particuliers. On obtient alors de « l’orge maltée »

LA BROYAGE

A l’issue du maltage, l’orge maltée est broyée dans un moulin en une farine grossière appelée « grist ».

LE BRASSAGE

Le « grist » est ensuite mélangée avec de l’eau de source chaude dans une cuve spéciale afin d’en extraire l’amidon soluble.

Le liquide se transforme alors en un moût sucré, mélange d’eau et de malt, appelé le « wort ».

LA FERMENTATION

• Acteur essentiel dans le processus d'élaboration des whiskies, les levures, par leur action féconde, permettent de transformer un simple moût sucré en une bière de malt, le « wort ». A l'issue du brassage, le « wort », est refroidi à environ 20°C. Il est ensuite acheminé vers les cuves de fermentation.

• Sous l’action des levures, les sucres contenus dans le « wort » se transforment en alcool et en gaz carbonique. Des agitateurs brassent le liquide désormais appelé « wash », en permanence afin d'empêcher une montée en température trop importante qui risquerait d'inhiber les levures.

• Il faut compter entre 40 et 60 heures pour que tout le sucre se transforme en alcool. Le liquide ainsi obtenu, une sorte de bière de malt, titre entre 6% et 8% vol.

• Le « wash » est ensuite acheminé dans des cuves de stockage, avant distillation.

LA DISTILLATION

En Ecosse, la distillation s'effectue généralement en deux temps :

• Le « wash », obtenue à l'issue de la fermentation, est tout d'abord acheminée vers un ou plusieurs alambics de grande taille  baptisés «wash stills ». Ces alambics sont progressivement chauffés, les vapeurs d’alcool sont collectées puis refroidies en « low wines » (l'alcool obtenu à l'issu de la première distillation, titrant en moyenne 25% vol.). La première distillation s’achève lorsque le liquide demeuré au fond du « wash still » ne titre pas plus de 1% vol.

• Les « low wines » sont ensuite acheminés vers un second alambic de plus petite taille appelé « spirit stills » , pour y subir une deuxième distillation. Les premières émanations  ainsi que les dernières, jugées de moindre qualité, sont isolées et réintroduites dans la distillation suivante des «low wines ». Seule la « middle cut » (cœur de chauffe, titrant en moyenne entre 68 % et 72 % vol.) est conservée et mise en fûts.

LE VIEILLISSEMENT

• De longues années sont nécessaires au vieillissement des whiskies qui constituent les Blends Ballantine’s pour laisser s’exprimer leurs arômes et atteindre l’équilibre gustatif parfait, caractéristique des whiskies Ballantine’s.

• C'est au cours du processus de maturation que le whisky se colore et acquiert des arômes spécifiques selon le bois utilisé

• Le Scotch whisky est vieilli en fût de chêne, pendant au minimum 3 ans, dans des fûts qui ont généralement déjà servi au vieillissement du Bourbon ou du Xérès

 

À l'issue du processus de vieillissement, le whisky est généralement dilué avec l'eau de  source avant la mise en bouteille pour atteindre le niveau habituel de 40° d'alcool

 

 

 

Les Fûts du Xérès apportent au whisky des saveurs

 

 

Les Fûts du Bourbon rendent le whisky doré, et lui donnent des saveurs douces, de cacao et de

LA PART DES ANGES

Chaque année, on estime que 2% du whisky stocké en fût s’évapore. C’est ce que l’on appelle la part des anges. Sur un whisky de 20 ans d’âge, ça peut représenter jusqu’à 40% du volume.

 

 

 

L’histoire du Scotch whisky Ballantine’s remonte à 1827, lorsque George Ballantine commença à proposer une gamme de Scotch whiskies soigneusement sélectionnés à une clientèle distinguée, dans une épicerie d’Edimbourg.

George Ballantine fut ainsi l’un des premiers à assembler ses whiskies et à les faire vieillir.

Dès 1869, George avait étendu son commerce à Glasgow, en compagnie de ses deux fils. Sous le nom de « George Ballantine & Son », son établissement se mit à exporter des blended whiskies sur le plan international, et devinrent rapidement reconnus comme des blended whiskies moelleux et de grande qualité.

En 1910, Ballantine's Finest fut mis au point et devint le principal produit d’exportation de l’entreprise. Le Ballantine’s 30 ans vit le jour dans les années 1930. La marque jouissait alors d’une croissance importante en terme d’exportation sur les marchés clés internationaux des États-Unis, de l’Europe et de l’Asie.

Sandy Hyslop, 5ème Maître Assembleur depuis la fondation de la Maison Ballantine’s en 1827, est aujourd’hui le gardien de son savoir-faire et perpétue la vision de son fondateur : celle de créer le blend le plus équilibré possible.